Ruissellement

Les premiers travaux ont débuté le long de l’Oison

Les premiers travaux de restauration de la rivière l’Oison ont débuté lundi 12 mai à hauteur des berges de Bec-Thomas face à l’église qui domine le paysage. Il s’agit de la pose de clôture, de réalisation d’abreuvoir pour les animaux et d’installation d’une passerelle de franchissement du cours d’eau.

 

DSC03089 Le but de ces investissements, financés par la communauté de communes d’Amfreville la Campagne, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, le conseil général de l’Eure et du SERPN, est d’éviter le piétinement du bétail le long des berges. Au total, 5 abreuvoirs seront installés sur les communes du Bec-Thomas et Saint-Cyr la Campagne, une passerelle de franchissement et près d’un kilomètre de clôtures de protection de l’Oison. C’est l’entreprise DERVENN d’Ile et Vilaine qui est en charge de ce dossier. Une deuxième tranche d’installation de même structure de protection aura lieu cet été sur les autres communes des rives de l’Oison, puis viendra en automne la mise en place d’un programme de gestion de végétation pour renaturaliser l’Oison.

 

 

Lutte contre les ruissellements sur le bassin versant de l’Oison
Les communes du bassin versant de l’Oison ont toutes connues au moins une fois ces dernières années des catastrophes  naturelles de type inondations, coulées boueuses et/ou ruissellements.
En 2004, 8 aménagements combinant l’hydraulique douce et la rétention des eaux avant restitution au milieu ont été mis en place sur les communes de Saint-Amand des Hautes Terres et de Tourville la Campagne :
- Mise en place de débits de fuite sur des fossés à redents existants, par gabionnage
- Reprofilage monopente d’un chemin agricole et aménagement d’un fossé enherbé pour la réception des eaux
- Création d’une zone de décantation de 80 m3 à l’amont d’une bétoire  pour retenir les limons et n’infiltrer que des eaux préfiltrées
- Réalisation de fossés à redents avec bandes enherbées et débit de fuite
- Création d’une mare tampon avec débit de fuite et matelas anti-érosion
- Création d’une mare tampon avec débit de fuite vers une mare existante, bandes enherbées à l’amont et matelas anti-érosion.

L’installation de 23 nouveaux ouvrages hydrauliques répartis stratégiquement sur l’ensemble du bassin versant est prévue prochainement afin de lutter contre ces phénomènes de plus en plus récurrents.

Photo 10 ruissellement

 

La rivière : L’Oison
Ce petit affluent rive gauche de la Seine rend sa source à 130m. d’altitude  au Nord-Ouest de la commune de Saint-Amand des Hautes Terres et se jette après un parcours de 17 km dans la Seine à Saint-Pierre les Elbeuf (76).

L’Oison a été qualifiée, par le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux, de masse d’eau fortement modifié à la qualité écologique médiocre, en raison d’altération morphologiques (plans d’eau ; obstacles transverses, colmatage du lit de la rivière), de problèmes de ruissellement-érosion, de pollutions diffuses et ponctuelles.

Une des actions prioritaires présentée dans le SDAGE est la mise en place d’un plan de gestion à l’échelle de la rivière (PPRE : Plan pluriannuel de restauration et d’entretien)

L’étude débutée en 2011 est aujourd’hui terminée. Suite au diagnostic de terrain, de nombreux dysfonctionnements ont été identifiés.

Afin d’améliorer l’état écologique de l’Oison, des actions hiérarchisées déclinables annuellement ont été présentées dans l’étude :
- Un programme d’entretien (entretien de la ripisylve « végétation des berges », enlèvement des embâcles, gestion des végétaux aquatiques, lutte contre les espèces invasives et indésirables,…)
- Un programme de restauration (aménagement de buses, arasement d’ouvrages, aménagement d’abreuvoirs, reconnexion de zones humides, protection des berges,…)
- Un programme d’actions d’envergure (dérasement d’ouvrages, remise du cours d’eau dans son lit naturel, remise à ciel ouvert du cours d’eau,…)

La Communauté de communes d’Amfreville la Campagne va s’engager à partir de cette année dans la réalisation de ces travaux. L’échéancier d’interventions est établit sur la base du niveau de priorité pour chaque action et des capacités financières.

La rivière

 

Pour tout contact : thomas.faucon@roumoiseine.fr